Spirale 36 (2005, téléchargeable) Les apprentissages à l’école maternelle
Présentation Guy LEGRAND et Violette MASSIET

La question de la place, des contenus, des modalités et du rythme des apprentissages est devenue cruciale aujourd’hui à l’école maternelle. Parmi les sept pages constituant la préface des nouveaux programmes de 2002, les termes « apprendre » ou « apprentissage » apparaissent onze fois : « apprentissage » entendu comme processus, activité d’élaboration de sens, appropriation, construction de savoirs et de savoir-faire par un élève à partir de ce qu’il sait déjà, de ses expériences, de ses erreurs, mémorisation, capacité de réutilisation. Par ailleurs, confortant les textes précédents, en date de 1986, les derniers programmes insistent sur la nécessaire trans-disciplinarité des apprentissages, enjoignant les enseignants de structurer leur travail, non plus en champs disciplinaires, mais en cinq domaines d’activités : le langage/vivre ensemble/agir, s’exprimer avec son corps/découvrir le monde/la sensibilité, l’imagination, la création.
L’objet du présent numéro de Spirale est de faire un point provisoire et partiel sur cette notion d’apprentissage(s) à l’école maternelle. Les articles initialement reçus peuvent être regroupés en quatre champs, qui, de quelque manière, rendent compte de préoccupations actuelles de recherche :
- apprentissage et cognition,
- évaluation, à la maternelle et de la maternelle,
- domaines d’enseignement, apprentissages attendus et efficacité des prati-
ques,
- structuration de l’école maternelle.

Le nombre de contributions retenues à l’intérieur de chaque rubrique est inégal, tout comme l’était le nombre d’articles proposés.

Quatre articles relèvent du champ « apprentissage et cognition ». On remarquera que la place et la qualité du caractère social des apprentissages sont différents
d’un texte à l’autre. Christine Berzin examine la question des interactions entre pairs et sa synthèse manifeste la nécessité d’une utilisation théorique et pratique nuancée de cette notion. L’apprentissage autorégulé, c’est-à-dire la gestion ou la régulation de nos propres processus cognitifs dans des situations d’apprentissage fait l’objet de l’article de Minna Puustinen. Elle présente des études portant sur l’influence, auprès de jeunes enfants, de l’étayage familial d’une part, de pratiques scolaires d’autre part. Elle met en lumière certaines caractéristiques des résultats et l’importance de la formation des professeurs des écoles pour permettre un développement autorégulateur optimal des jeunes élèves. Malgré la forme interrogative du titre de leur article, Jérôme Clerc et Claire Leconte pensent que l’école maternelle est bien un lieu propice à l’enseignement du transfert de stratégies cognitives. Il est possible d’induire la réutilisation d’une stratégie acquise dans le contexte d’une tâche, à une autre tâche dans un contexte différent, moyennant un certain nombre de précautions qu’ils détaillent. Éric Roditi reprend la question du concept de nombre et des modèles de sa construction chez l’enfant et conclut que l’état de la recherche en fait encore un chantier ouvert.

Deux articles abordent des aspects psycho-sociologiques d’évaluations, menées dans des perspectives différentes. Jean-François Marcel montre comment l’injonction institutionnelle, prise au sérieux, de mettre en place des évaluations socialisées d’apprentissages à l’école maternelle, entraîne des conséquences à un triple niveau : celui de la construction nécessaire de nouveaux rapports et modalités de travail entre enseignants, celui d’un retour individuel de l’enseignant sur son propre travail, ses propres méthodes et sur les élèves, et celui des relations avec les parents. Jeanine Maso-Taulère, portant un regard d’évaluation extérieure au moyen d’outils qu’elle présente, signale des effets de construction sinon de renforcement des inégalités que présentent certaines pratiques d’enseignants de maternelle, qui semblent « s’adapter » au milieu dans lequel l’école est insérée. Ces pratiques paraissent défavorisantes dans l’environnement défavorisé auquel elles ont été « adaptées ».

Six articles concernent des moments et situations pédagogiques relatifs à des
domaines d’activités spécifiques de l’école maternelle et s’attachent aux résultats et
à l’efficacité des pratiques. Isabelle Delcambre, partant de la prise de parole en
classe par le jeune élève, dans le cadre d’un polylogue, expose combien est complexe la question de ce qui est considéré comme enseigné ou appris ou en voie de l’être, notamment au moyen du concept de « faire épididactique ». Elle établit que
certaines situations offrent plus d’occasions d’apprentissages que d’autres. Sur la
question des explications relatives à la formation des ombres, Konstantinos Ravanis
et co-auteurs
comparent deux méthodes, l’une plus construite et cadrée et l’autre de type plus « empiriste ». La première semble plus efficace. Sophie Briquet-Duhazé présente une étude des facteurs de maîtrise de l’écriture du prénom et met en valeur les aspects bénéfiques des variations assez précoces de taille et de format des supports. Marc Loison, en ce qui concerne l’histoire et l’appréhension du temps, propose quelques orientations qui se sont montrées opérantes au fil du temps. Joël
Bisault
décrit le rôle favorisant des aspects communicationnels liés à l’action, dans
le domaine de la technologie. Françoise Delpy rapporte la difficile émergence des
langues vivantes comme nouveau domaine d’enseignement à l’école maternelle, et
notamment les hésitations de l’institution en ce qui concerne les apprentissages
effectifs attendus.

Enfin, Mireille Brigaudiot, articulant une analyse historique des programmes
de l’école maternelle, fondée sur la combinaison de trois facteurs, et un exemple
d’apprentissage spécifique qui montre leur jeu, propose une nouvelle structuration
de l’école maternelle en deux périodes, qui ne recouvre pas exactement la réalité
actuelle des cycles.

Guy LEGRAND
IUFM Nord - Pas de Calais
EA Théodile
Violette MASSIET
EA Proféor

Numéro téléchargeable

SPIRALE - Revue de Recherches en Éducation - 2005 N° 36

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0