Accueil > Numéros parus : sommaires et résumés (* = numéro épuisé) > Place et rôle des femmes au sein du mouvement de l’Éducation nouvelle en (...) > Fabienne SERINA-KARSKY « Marie-Aimée Niox-Chateau (1893-1987), une (...)

Fabienne SERINA-KARSKY « Marie-Aimée Niox-Chateau (1893-1987), une montessorienne à l’école » (Spirale 68 - 2021)

Lire sur Cairn

Résumé : Dès la fin du XIXe siècle, des pédagogues militent pour l’avènement d’une nouvelle éducation susceptible de répondre aux défis de ce nouveau siècle, annoncé par Ellen Key (1910) comme étant celui de l’enfant. Parmi les femmes qui marquent ce tournant Maria Montessori en est certainement l’emblème le plus charismatique. Sa vision de l’éducation du petit enfant s’accompagne d’une méthode et d’un matériel expérimentés dans la désormais célèbre Casa dei bambini, destinés à révéler et à s’adapter à ce qu’elle nomme les périodes sensibles. Cette pédagogie lui permet d’acquérir rapidement une renommée internationale. Cependant, en France, la réception de cette méthode entre en concurrence avec celle des partisans de l’école maternelle de Pauline Kergomard, et il faudra l’ardeur de femmes convaincues pour l’amener aux confins de l’école maternelle française. La pédagogie montessorienne s’installe néanmoins dans le champ de la petite enfance par l’intermédiaire des jardins d’enfants froebeliens d’une part, et par la création de « Maisons des enfants » qui reprennent ainsi la terminologie originelle. Malgré la guerre qui met un terme aux premières expériences des Maisons des enfants un peu partout en Europe, l’œuvre de Maria Montessori bénéficie du soutien d’éducatrices qui œuvrent sur le terrain de l’enfance en temps de guerre. La jeune Marie-Aimée Racine, future Niox-Chateau, en fait partie. Dans cette contribution qui lui est consacrée, nous découvrirons le parcours qui la conduit au montessorisme, avant de voir comment elle participe à le diffuser au sein de l’école française, depuis la Joyeuse école en 1932 jusqu’à la Nouvelle école de Boulogne en 1947.
Mots-clés : Marie-Aimée Niox-Chateau, montessorisme, École nouvelle.

Marie-Aimée Niox-Chateau (1893-1987), a Montessorian in school

Abstract : From the end of the 19th century, pedagogues militated for the advent of a new education likely to respond to the challenges of this new century, announced by Ellen Key as being that of the child. Among the women who marked this turning point, Maria Montessori is certainly the most charismatic emblem. Her vision of the education of the young child was accompanied by a method and material tested in the now famous Casa dei bambini, designed to reveal and adapt to what she called the sensitive periods. This pedagogy quickly enabled her to acquire an international reputation. However, in France, the reception of this method competed with that of the supporters of Pauline Kergomard’s nursery school, and it took the ardour of convinced women to bring it to the fringes of the French nursery school. Montessorian pedagogy nevertheless took root in the field of early childhood through the intermediary of Frostelian kindergartens on the one hand, and through the creation of "Maisons des enfants" which thus took up the original terminology. Despite the war, which put an end to the first experiences of the Children’s Houses throughout Europe, the work of Maria Montessori benefited from the support of educators who worked in the field of childhood in wartime. The young Marie-Aimée Racine, the future Niox-Chateau, was one of them. In this contribution dedicated to her, we will discover the path that led her to Montessoriism, before seeing how she participated in spreading it within the French school system, from the Joyeuse école in 1932 to the Nouvelle école de Boulogne in 1947.
Keywords : Marie-Aimée Nix-Chateau, montessorism, New school.

Spirale - Revue de Recherches en Éducation – 2021 N° 68 (95-106)

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0