Accueil > Articles téléchargeables > CRINON Jacques et GUIGUE Michèle « Etre sujet de son écriture : une analyse de (...)

CRINON Jacques et GUIGUE Michèle « Etre sujet de son écriture : une analyse de mémoires professionnels » - Spirale 29 (2002)

Lire l’article

Résumé : La présence d’un mémoire professionnel dans la formation initiale des enseignants repose sur l’hypothèse que l’élaboration d’un écrit favorise la réflexivité et l’analyse des pratiques. Dans un corpus de quinze mémoires professionnels de professeurs des écoles, nous avons cherché des traces de la présence du sujet écrivant : indices énonciatifs qui constituent des marques de la subjectivité de l’énonciateur dans son énoncé et de la situation de communication sociale dans laquelle s’inscrit la production de cet écrit ; indices de la position d’auteur d’un sujet qui construit ou non son texte et utilise les ressources particulières à l’odre du scriptural. On peut en effet considérer, après Bautier (1995), que le rapport du sujet à son discours est très fortement lié au rapport qu’il entretient avec le savoir et les apprentissages, et plus généralement avec le monde. La grille d’analyse utilisée repère les énonciations en première personne, les modalisations, le rapport aux lectures, les indices d’organisation du texte, les énonciations normatives. L’analyse met en évidence plusieurs résultats. Les stagiaires valorisent ce qui s’apprend par l’écrit et minimisent les échanges avec les collègues. Par ailleurs ils se mettent en scène plus volontiers comme techniciens de la conduite de la classe que dans une relation avec des élèves. Enfin, même si les mémoires sont divers et à chaque fois l’expression d’un sujet singulier, on peut identifier deux catégories contrastées : des mémoires en « je » et des mémoires peu impliqués : ces catégories coïncident avec un travail plus ou moins marqué de réélaboration de l’expérience par l’écriture.
Mots-clés : Écriture - Formation des enseignants - Mémoires professionnels - Pratique réfléchie.

Abstract : The use of the professional dissertation in the preservice education of teachers is based on the hypothesis that elaborating a written text encourages reflection on and analysis of teaching practices. In a corpus of fifteen professional dissertations by school teachers, we have looked for signs of the presence of the writer as subject : enunciative signs revealing the author’s subjectivity in his/her statements and the situation of social communication in which the written text is produced ; signs of the author’s position as a subject who does or does not construct his/her text using particular ressources of the writing process. Indeed, since the work of Bautier (1995), we can consider that the relationship the subject has with his/her discourse is very strongly linked to the relationship he/she cultivates with knowledge and the learning processes, and more generally with the surrounding world. The analytical grid used locates the statements made in the first person, the modalisations, the relationship with readings, the indicators of the textual organization, the normative enunciations. Our analysis underscores several results. The student-teachers attribute more importance to what is learned from the written page and minimize the value of exchanges with colleagues. Moreover, they see themselves more willingly as technicians for conducting a class rather than for establishing relationships with pupils. Finally, even if the dissertations are diverse in nature and are the expression of a unique subject, we can identify two contrasting categories : dissertations using « I » and those where the subject/author is minimally involved. These categories correspond to a more or less pronounced work of re-elaboration of the teaching experience through writing.
Keywords : Writing Processes - Preservice Teachers Education - Professional Dissertations - Reflective Practice.

SPIRALE - Revue de Recherches en Éducation - 2002 N° 29 (201-219)

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0