LOEFFEL Laurence "La morale laïque, morale des temps modernes ?" - Spirale 39 (2007)

Lire l’article

Résumé : La morale laïque et la mise en œuvre d’une éducation morale scolaire non confessionnelle ont constitué une des principales innovations de l’école républicaine à la fin du XIXe siècle. Supprimée des programmes en 1969, elle n’a laissé aucun héritage. Le fait est suffisamment singulier pour être souligné. Alors qu’elle portait presque à elle seule le volontarisme républicain, elle n’aura pas même légué le souci d’une éducation morale scolaire. Elle a fait place, depuis une vingtaine d’années, à une « éducation à la citoyenneté » qui, de la maternelle à la terminale, se soucie de la formation du jugement de l’élève. Cet effacement d’un héritage pourtant conséquent peut être interprété en termes de tension entre les fins de l’individu et les fins de la société, tension qui travaille toute démocratie dans son principe même. Cette tension a été au cœur des difficultés de conception et de mise en œuvre de la morale laïque scolaire, elle s’exacerbe en contradiction dans la querelle Durkheim/Piaget dont l’issue annonce la fin de la morale moralisante, de l’éducation de la conscience, au profit de la formation du jugement de l’individu-enfant.
Mots-clés : Morale laïque - Éducation morale - Démocratie - Modernité - Individualisme - Holisme - Citoyenneté - Conflit - Consensus.

Abstract : Secular morality and the promotion of a moral non denominational education were amongst the main innovations of the republican school at the end of the 19th century. This education was removed from the curriculum in 1969 without leaving any in-heritance. This fact is singular enough to be underlined. Although secular morality symbolized republican voluntarism in itself, it did not even bequeath the preoccupation for a moral school education. For the last twenty years, it has been replaced by civic education, focusing on the formation of pupils’ judgement from nursery school to the baccalaureate. The obliteration of such an important inheritance can be interpreted in terms of tension between individual and social aims. Such a tension was right in the middle of the difficulties of forming and implementing scholar secular morality. It degenerated in contradiction when the debate between Durkheim and Piaget took place leading to the announcement of the end of the moralizing morality, the end of the education of conscience and the formation of judgement of a child as an individual.
Keywords : Secular morals - Moral education - Democracy - Modernity - In-dividualism - Holism - Citizenship - Conflict - Consensus.

Sommaire de Spirale 39
Sommaire de Spirale 7
Sommaire de Spirale 34

SPIRALE - Revue de Recherches en Éducation - 2007 N° 39 (67-80)