TUTIAUX-GUILLON Nicole et POUTTRE Gérard "Les situations-problèmes en sciences sociales : un outil pour faire construire des concepts aux élèves ?" - Spirale 10-11 (1993)

Lire l’article

Cet article s’appuie sur une recherche conduite à l’INRP, de 1989 à 1993, dans le cadre du Département « didactique des disciplines », unité de sciences humaines-sciences sociales. Elle porte sur « la construction d’un concept par les élèves : le concept de nation », et regroupe 25 enseignants d’Histoire-Géographie, et de Sciences Économiques et Sociales. Elle concerne des élèves de l’élémentaire au lycée. Toutefois les réflexions présentées ici font essentiellement référence aux élèves de lycée.
« Situation-problème » : l’expression fait depuis quelques années florès dans le vocabulaire didactique, voire même pédagogique. Enseigner par résolution de problème, proposer des situations problématiques, serait une nouvelle façon de susciter l’intérêt, de faire passer des contenus difficiles, de faire évoluer les attitudes.
Notre recherche nous a conduit à nous emparer de cet outil, en le définissant aussi
rigoureusement que possible en fonction de l’usage que nous voulions en faire : ceci nous a conduit à remanier le modèle auquel nous nous sommes initialement référés, celui des sciences expérimentales.
Ceci nous a amené aussi à tenter de préciser le champ de validité de ce type de situations dans l’enseignement des sciences sociales. A travers cette démarche ce sont finalement les pratiques usuelles de l’enseignement que nous avons interrogées.
Notre démarche s’explique au premier chef par la préoccupation dominante de notre recherche : favoriser l’apprentissage d’un concept. Faire construire un savoir fort différent des savoirs factuels ou méthodologiques qui forment l’essentiel des contenus ordinaires de nos enseignements supposait aussi, nous a-t-il semblé, des pratiques de classes différentes.

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0