CADET Christiane "L’écriture de fiction dans les différents parcours de formation" - Spirale 8 (1992)

Lire l’article

Par un curieux effet de paradoxe, l’écriture romanesque est à la fois valorisée comme objet à commenter et ignorée comme objet à produire. Comme pratique, elle est étonnamment absente du parcours traditionnel de formation universitaire d’un enseignant de lettres qui devra pourtant ultérieurement susciter chez ses élèves la capacité d’écrire des récits et de progresser dans cette écriture. Il faut dire que dans la pratique pédagogique dominante - si l’on se réfère aux instructions et programmes qui la gouvernent - l’écriture de récits de vie ou de fiction n’intervient qu’en cycle primaire et au collège. Ensuite on écrira le plus souvent pour argumenter, rarement pour raconter. En bref, tout se passe comme si nouvelles et romans - majoritaires dans la production littéraire - présentés comme achevés, signifiants et esthétiquement accomplis quand ils émanent d’auteurs consacrés, étaient d’une part le produit d’une activité supérieure (celle de l’écrivain) et de l’autre (dès qu’il s’agit du cadre pédagogique et de l’écriture du non-spécialiste) la manifestation d’une activité narrative réductrice pensée comme inférieure à d’autres types d’activités scripturales et donc reléguée dans les limites des plus jeunes années.
Or les enjeux de l’écriture sont nombreux. Elle intervient dans la construction de la personne et de son rapport au monde. Elle constitue pour tous ceux qui n’ont pas bénéficié familialement d’une certaine familiarité avec les livres - c’est-à-dire pour le plus grand nombre des élèves - un levier puissant susceptible de permettre des parcours de lecture.
La connaissance de la genèse de l’écriture de fiction chez des écrivains situés différemment dans le champ littéraire (public large ou lectorat restreint) devrait ouvrir le champ des applications didactiques. Nous présenterons successivement des informations et des expérimentations qui tentent d’y concourir :
- Une interview de l’écrivain Didier DÆNINCKX (réalisée dans le cadre d’un travail de recherche) concernant le processus de l’écriture du roman intitulé À louer sans commission
- Une réflexion sur les perspectives pédagogiques ouvertes et sur les dispositifs institutionnels qui permettent d’organiser une communication entre élèves et écrivains
- Des propositions pédagogiques qui concernent l’écriture de fiction à différents niveaux du parcours scolaire
- Un bilan provisoire concernant la pratique de l’écriture de fiction dans le cadre de la formation d’enseignants

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0