Accueil > Articles téléchargeables > BUÉE Jean Michel "La question de la technique n’est-elle qu’une question (...)

BUÉE Jean Michel "La question de la technique n’est-elle qu’une question technique ? Réflexions sur « L’œuvre et le produit » de Y. Deforge - Spirale 5 (1991)

mai 1996, par administrateur

Lire l’article

Le passage de l’artisanat à l’industrie est d’abord un fait, sans lequel notre modernité serait incompréhensible. On est parfois tenté de s’en réjouir, à l’instar de Saint-Simon voulant substituer l’administration des choses au gouvernement des hommes ; ou de Taylor célébrant la disparition de la contingence dans un monde idéal, où tout, jusqu’au détail le plus infime, peut être calculé et prévu. On peut aussi y voir la source de tous nos maux et en venir à regretter ces temps anciens où seuls comptaient l’amour du travail bien fait et la fraternité du compagnonnage. Il est difficile de ne pas s’étonner devant ce que la première attitude suppose d’indifférence à l’égard de ce qu’elle qualifie pudiquement de « problèmes humains ». Comme il est difficile de partager l’étrange cécité de la seconde vis à vis du passé : celui-ci nous paraîtrait sans doute moins attrayant si, confortablement pourvus en toutes sortes de biens, nous n’avions fini par oublier ce que signifiait vivre en des temps où la plupart des choses auxquelles il nous semble naturel d’avoir accès étaient un luxe à peine imaginable ou le privilège d’une infime minorité.

Sommaire Spirale 5

BUÉE Jean Michel "La question de la technique n’est-elle qu’une question technique ? Réflexions sur « L’œuvre et le produit » de Y. Deforge - Spirale 5 (1991)

Lire l’article

Le passage de l’artisanat à l’industrie est d’abord un fait, sans lequel notre modernité serait incompréhensible. On est parfois tenté de s’en réjouir, à l’instar de Saint-Simon voulant substituer l’administration des choses au gouvernement des hommes ; ou de Taylor célébrant la disparition de la contingence dans un monde idéal, où tout, jusqu’au détail le plus infime, peut être calculé et prévu. On peut aussi y voir la source de tous nos maux et en venir à regretter ces temps anciens où seuls comptaient l’amour du travail bien fait et la fraternité du compagnonnage. Il est difficile de ne pas s’étonner devant ce que la première attitude suppose d’indifférence à l’égard de ce qu’elle qualifie pudiquement de « problèmes humains ». Comme il est difficile de partager l’étrange cécité de la seconde vis à vis du passé : celui-ci nous paraîtrait sans doute moins attrayant si, confortablement pourvus en toutes sortes de biens, nous n’avions fini par oublier ce que signifiait vivre en des temps où la plupart des choses auxquelles il nous semble naturel d’avoir accès étaient un luxe à peine imaginable ou le privilège d’une infime minorité.

Sommaire Spirale 5

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0