TILLARD Bernadette « Le chemin de l’école » - Spirale 30 (2002)

Lire l’article

Résumé : A l’occasion d’une recherche ethnographique sur la naissance dans un quartier (Lille), la démarche de familiarisation progressive permet aux familles de s’exprimer sur leur vie quotidienne. Aussi, parfois les parents évoquent l’école. Le chemin entre l’école et la maison est familier. Deux à quatre fois par jour, le trajet est parcouru à pied. C’est un moment de rencontres avec d’autres parents. Si le plus souvent l’école est choisie à proximité du domicile, certains inscrivent leurs enfants dans des écoles dont la réputation est meilleure. A travers ce souci d’offrir à l’enfant une « bonne » école, s’exprime également le souhait de lui donner de plus grandes chances de réussite scolaire. Porteuse d’espoir d’une promotion sociale, l’école est aussi vécue comme une obligation. A l’intérieur même de l’école, durant leur enfance, certains adultes ont été aidés par des enseignants et des travailleurs sociaux à l’occasion de maltraitances familiales. Ce souvenir entretient l’idée que l’école est aussi le lieu où est jugée la qualité de l’éducation que donnent les parents à leurs enfants. Enfin, le faible investissement des mères dans leur propre scolarité s’est souvent traduit par une sortie de l’école sans diplôme. Elles ont rapidement connu une vie de couple et se sont consacrées aux tâches de maternage, retrouvant le chemin de l’école au moment d’y conduire leurs enfants.
Mots-clés : Ecole, parents, anthropologie.

Abstract : During an anthropological study about birth in the district of Moulins (Lille), the seeker becomes on familiar terms with families. It induces them to speak about their everyday life. Sometimes, parents evoke school. The way of school is well known. Twice or four times in a day, they walk between home and school and meet other parents. Usually the school is chosen near home, but some parents enter their children at school with better reputation. So they voice the wish to give their children the best chances of succeeding. School is not only carrying the hope of climbing in social ladder but it is also perceived as an obligation. At school, during their childhood, some adults had been help by teachers and social workers in case of family ill-treatments. These memories remind the parents of school control over qualities of family education. At last, the slender interest token by the mothers in school lead them to stop school attendance although they had no degree. They rapidly lived with a man and they was engaged in domestic duties and motherhood tasks. They took again the way of school by going with a child.
Key-words : School, parents, anthropology.

SPIRALE - Revue de Recherches en Éducation - 2002 N°30 (175-187)

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0