Accueil > Articles téléchargeables > REY Jean-François « Qui est l’homme des droits de l’homme ? » - Spirale 7 (...)

REY Jean-François « Qui est l’homme des droits de l’homme ? » - Spirale 7 (1992)

juillet 1996, par administrateur

Lire l’article

Dans la mesure où un professeur de philosophie a sa place toute trouvée (pour l’instant...) à côté de ses collègues historiens dans la formation des maîtres à l’éducation civique, il m’est apparu qu’une série de non-dits, de présupposés implicites non interrogés rôdaient autour de cette programmatique : enseigner les droits de l’homme. Question qui n’est pas « seulement » pédagogique. Les Instructions Officielles sont claires : « éduquer le citoyen, ce n’est ni scruter la conscience ni régenter la volonté, c’est éclairer sa liberté pour qu’elle puisse trouver elle-même ses voies ». En même temps qu’une mise en garde contre des dérives toujours possibles, le discours officiel pointe ici la finalité de l’éducation civique. Comme le soulignent les auteurs d’Enseigner les droits de l’homme (CRDP de Lille) : elle est « finalement d’ordre éthique ». C’est sur cette place de l’éthique dans l’enseignement de l’éducation civique que nous voulons nous attarder un peu. Les auteurs de la brochure citée ci-dessus s’interrogent : « Quelles valeurs transmettre ? ». Bonne question, il est vrai, à condition de s’interroger déjà sur ce pluriel. C’est ce que nous ferons au terme de cette analyse. Peut-être est-il préférable, d’entrée de jeu, de subsumer cette multiplicité de valeurs sous l’unité d’une question initiale : « Quelle idée de l’hom¬me transmet l’enseignement des Droits de l’homme ? ». Question qui en présuppose une autre : « Qui est l’homme des droits de l’homme ? ».

REY Jean-François « Qui est l’homme des droits de l’homme ? » - Spirale 7 (1992)

Lire l’article

Dans la mesure où un professeur de philosophie a sa place toute trouvée (pour l’instant...) à côté de ses collègues historiens dans la formation des maîtres à l’éducation civique, il m’est apparu qu’une série de non-dits, de présupposés implicites non interrogés rôdaient autour de cette programmatique : enseigner les droits de l’homme. Question qui n’est pas « seulement » pédagogique. Les Instructions Officielles sont claires : « éduquer le citoyen, ce n’est ni scruter la conscience ni régenter la volonté, c’est éclairer sa liberté pour qu’elle puisse trouver elle-même ses voies ». En même temps qu’une mise en garde contre des dérives toujours possibles, le discours officiel pointe ici la finalité de l’éducation civique. Comme le soulignent les auteurs d’Enseigner les droits de l’homme (CRDP de Lille) : elle est « finalement d’ordre éthique ». C’est sur cette place de l’éthique dans l’enseignement de l’éducation civique que nous voulons nous attarder un peu. Les auteurs de la brochure citée ci-dessus s’interrogent : « Quelles valeurs transmettre ? ». Bonne question, il est vrai, à condition de s’interroger déjà sur ce pluriel. C’est ce que nous ferons au terme de cette analyse. Peut-être est-il préférable, d’entrée de jeu, de subsumer cette multiplicité de valeurs sous l’unité d’une question initiale : « Quelle idée de l’hom¬me transmet l’enseignement des Droits de l’homme ? ». Question qui en présuppose une autre : « Qui est l’homme des droits de l’homme ? ».

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0