Laurence KIEFE « Un éditeur pour la jeunesse, à quoi ça sert ? » (Spirale 9 - 1993)

Lire l’article

Je suis éditeur pour la jeunesse depuis plus de dix ans. J’ai longtemps travaillé aux Editions Nathan, où j’étais responsable de la collection Arc-En-Poche. J’ai créé d’autres collections de fiction, chez cet éditeur et ailleurs. Aujourd’hui, je dirige Mango-Poche, aux Editions Mango-Magnard Jeunesse. Jusqu’à présent, j’ai surtout publié des textes de fiction, des textes de littérature, dirait-on. J’ai aussi fait de la formation auprès d’enseignants, de bibliothécaires, d’animateurs, etc. Ceux qu’on appelle les prescripteurs et dont le rôle de médiateur entre l’enfant et le livre est aujourd’hui reconnu. Dans ces séances, j’ai souvent été frappée par la méconnaissance du rôle de l’éditeur dans la production de livres jeunesse. On m’a tiré dessus à boulets rouges, parce que j’osais parler de rentabilité. On m’a laissé entendre que, finalement, je n’étais qu’un exploiteur de la création d’autrui. Bref, que l’éditeur était un intermédiaire plus ou moins parasite entre le créateur et son lecteur. Un peu comme l’agent immobilier entre le propriétaire et le locataire.
Bien entendu, je noircis le tableau à plaisir, pour pouvoir plus clairement cerner le rôle que nous jouons.

Voir le sommaire de Spirale 9 « Littérature enfantine/de jeunesse » </font

Spirale - Revue de Recherches en Éducation - N° 9