BAUDRIT Alain « Tuteurs réels ou tuteurs potentiels à l’école ? Une question d’impact auprès des pairs » - Spirale 33 (2004)

Lire l’article

Résumé : A-t-on intérêt à dire à un élève qu’il est le tuteur d’un autre ? Telle est la question qui tente d’être traitée dans cet article. Après avoir spécifié l’origine du terme « tuteur » et évoqué les problèmes que posent les pratiques tutorales à l’école (notamment l’asymétrie et la symétrie entre les élèves), une revue de travaux est proposée. Elle fait état de quelques inconvénients repérés lorsque les élèves sont informés de leur rôle de tuteur. Devenant plus des experts que de véritables tuteurs, ils en viennent à négliger des aspects liés aux apprentissages de leurs tutorés. Ce dont ces derniers pourraient pâtir. En conséquence, « un tutorat qui se fait sans se dire » paraît plus souhaitable et approprié à l’école. De ce point de vue, la méthode coopérative asymétrique est tout à fait digne d’intérêt.

Abstract : This article investigates the value of informing a pupil that he/she is another’s tutor. After defining the term « tutor » and analyzing the problems raised by peer tutoring at school (especially symmetry and asymmetry between pupils), the literature on the subject is reviewed. Some drawbacks have been reported with regard to informing tutors of their role. Since they become experts rather than real tutors, they tend to neglect certain aspects of how their tutored partners learn, which seems to impact negatively on the latter. Therefore, « tutoring without announcing the fact » seems more desirable and appropriate at school. From this viewpoint, the asymmetric cooperative method seems worthy of interest.

SPIRALE - Revue de Recherches en Éducation - 2004 N°33 (101-111)

Sommaire complet

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0